Elon Musk souhaite détruire Twitter

Temps de lecture : 3 minutes

Tout le monde connaît Elon Musk, le multimilliardaire le plus riche du monde. Ses idées s’enracinent très fréquemment dans une position conservatrice, réactionnaire et obscurantiste (notamment sur les questions sanitaires en soutenant les eugénistes des “convois de la liberté”). Nombreuses questions sont à soulever de la personne la plus riche du monde.

Comment peut-on développer la science d’une part au travers de Space X et promouvoir une défense des “libertés économiques” au-dessus du “droit aux soins” et à “la vie” ? Ce paradoxe s’inscrit dans le fait que les “libertés économiques” génèrent de la richesse, le “droit d’être en bonne santé” coûte de l’argent.

Elon Musk s’inscrit dans une étape où il est un ultracapitaliste. Si la dimension de lui affecter l’étiquette de “libertarien” ne me pose aucun souci, certains ne sont pas d’accord. En effet, il semble nécessaire de sous-entendre que la “dimension libertarienne” soulève de nombreuses questions et reste très vaste. Dans ce sens, il convient parfaitement d’assumer qu’il s’inscrit dans la frange ignare. Le mouvement néoconservateur s’enracine sciemment dans une destruction des “liberté individuelles” afin de créer une société néofasciste. Nous le voyons bien que les personnes comme Elon Musk appellent à faire du tri dans les bibliothèques et à brûler des livres pour créer des autodafés, mais aussi à combattre les “droits civiques”. La “vague ‘Républicaine'” risque d’avoir une répercussion sur l’ensemble du globe puisqu’elle n’est pas bleue, mais porte en elle la “peste brune”. De ce sens, le virage que promettent les élections à mi-mandat risque d’être un cataclysme pour les “libertés démocratiques” et la “paix civile”.

En effet, il convient de voir que son seul motif dans sa vie réside dans le fait de posséder toujours plus d’entreprises afin de les sortir des bourses et d’en faire la pluie et le beau temps.

Dans ce sens, il apparaît que les désirs fous s’inscrivent à sortir le “petit oiseau bleu” de la bourse afin d’en faire un réseau à son image, c’est-à-dire une variante de “Truth” de Donald Trump. Les lignes sont définies. Il ne cesse de provoquer les twittos. Un réseau sous la chape de plomb du plus riche des personnes engendrerait fatalement une dégradation de la manière, dont fonctionne ce réseau. De telle sorte que la dimension provienne d’une guerre entre les actionnaires (sachant que Twitter ne dégage des profits que depuis 2019) alors que les autres réseaux sociaux y font des bénéfices depuis un certain temps.

Elon Musk en ayant entre 10 et 15 % des actions s’inscrit dans une vision où il est l’actionnaire majoritaire. Ainsi, il essaye de faire la pluie et le beau temps sur ce réseau social afin de créer des fluctuations dans les cours des bourses. Il s’est ensuite engagé à emprunter auprès des différentes banques pour racheter Twitter dans son intégrité.

La volonté de créer un “twitter payant” et un “twitter gratuit” s’inscrit diamétralement dans une vision mercantile afin de créer une sécession vis-à-vis des utilisateurs. De cette manière, il convient d’admettre que la bataille contre Elon Musk réside également dans le fait de ne pas avoir un “gourou sectaire” avide de pouvoir et proche de Donald Trump. Dans ce sens, la question de la liberté d’expression si chère à Elon Musk permettrait aux différents partisans de son idéologie de diffuser un contenu mortifère et de nombreux appels à la haine. En effet, la frange conservatrice s’inscrit dans une volonté de reprendre les “lieux” de contre-pouvoir afin de distiller son programme obscurantiste. En effet, la personne la plus riche du monde semble définir une feuille de route afin de diffuser une pensée profondément obscurantiste, réactionnaire et aux antipodes de notre temps.

Dans le même temps, nous assistons à un départ des personnes inquiets d’un réseau social vers le fediverse. D’ores et déjà, les alternatives augmentent considérablement. Ainsi, je pense que le futur ne sera pas dans un réseau social à la gloire d’un multimilliardaire, mais bien dans une vision où les réseaux seront fédérés les uns entre les autres. C’est là que tout se joue. À partir de ce moment, il convient de faire la promotion de Mastodon. J’y suis depuis 2017, il manque juste les “spaces” (ou espaces), mais c’est identique, mieux et incroyablement plus riche en contenu que twitter. Cependant, les réseaux créeront-ils un véritable changement ou les utilisateurs préféreront n’être que du data pour rentabiliser une entreprise.

La question fondamentale réside dans le fait que les personnes vont-elles se construire sur un nouvel idéal : libre et non-lucratif ou baisseront-elles les bras pour devenir des esclaves à données ?