Une crise systémique au sein de la Cinquième République

Temps de lecture : 3 minutes

Emmanuel Macron dans son allocution aux Français d’hier soir s’est adressé en filigrane aux députés. Pourtant, il suffisait de convoquer le Congrès à Versailles afin qu’ils puissent y faire un discours. Or, faute de courage, faute d’amour pour la République, il a préféré s’adresser aux législateurs indirectement. Cela témoigne d’une profonde amertume. En effet, le président a perdu son pari dans le cadre de la chambre basse du Parlement. Il avait mis ses députés choisis et triés afin de disposer d’une majorité absolue.

Ayant perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale dans le cadre d’un scrutin uninominal à deux tours, le véritable enjeu réside dans le fait d’élaborer des lois au travers d’un ensemble de compromis. Or, la majorité relative ne sait guère utiliser ces éléments. D’ores et déjà, l’allocution représente une forme de désaveux terrible pour le système présidentialiste à la Française. Une crise inédite sous la Cinquième République voit le jour. Elle risque de durer dans le temps.

Aucun parti politique ne souhaite gouverner. Élisabeth Borne avait pourtant remis sa démission au président de la République afin justement de former un nouveau gouvernement. Or, le président de la République l’a refusé. Cela témoigne d’une entorse aux différents us et coutumes dans la vie politique de la République. À partir de ce moment précis, le président de la République a choisi la “crise politique” comme moyen de gouvernance. De ce fait, il s’avère nécessaire de choisir entre le “bloc républicain” et le “bloc bourgeois”. Le “barrage républicain” se retrouve à partir de ce moment-là tombé aux oubliettes. Dans ce sens, il convient d’affirmer sciemment et en toute objectivité que les castors se retrouvent dans une dynamique où leur volonté s’est envolée. Il s’agissait en réalité d’une manœuvre afin d’accélérer l’union des droites.

Le fameux castor est même allé jusqu’à proposer une alliance avec le Rassemblement National de Marine Le Pen. Cela permet de soutenir clairement une vision d’ensemble du “front” ou “barrage” face aux ennemis de la République. Il y a quelques années, je disais que “voter Macron, c’était voter Le Pen”. Certaines personnes dans mon entourage raillaient profondément cet état d’esprit voyant une forme de “gauchisme”. Or, il s’agissait d’une forme de prémonition claire, voyante et absolue. Avoir plus peur de la “gauche radicale” que d’un parti ayant l’héritage au travers de la collaboration avec les nazis pose un véritable problème démocratique. En l’espace d’une vingtaine d’années, le problème n’est plus devenu de l’extrême-droite qui fut dédiabolisée, normalisée et mis sous forme d’une respectabilité dangereuse. Ainsi, la question demeure dans les faits qu’un parti ayant souhaité s’allier avec l’extrême-droite se doit d’être mis en dehors du champ républicain.

La lutte contre “les extrêmes” vantée par Emmanuel Macron et Élisabeth Borne aura permis en tout point d’éclaircir la position républicaine de “renaissance”. Il semble nécessaire de souligner que le choix de “renaissance” s’inspirant certainement de “Renew” au niveau européen possède une histoire au sein de l’extrême-droite. En faisant ce choix, les partisans et soutiens du mouvement présidentialiste admettaient par volonté la compatibilité avec l’Extrême-droite. La dialectique dispose d’un sens. Les castors ont acté des faits : Macron et Le Pen roulent pour les mêmes idées avec simplement un enrobage différent.

Ensuite, le gouvernement actuel refuse de passer au travers d’un “vote de confiance” comme c’est le cas dans le parlementarisme à la Française afin de donner une légitimité parlementaire. Faute d’usage de cet outil indispensable à la vie parlementaire et politique, la crise ne peut que s’accentuer de jour en jour. Le blocage des institutions débouche sur une volonté de poursuivre le programme pour lequel Emmanuel Macron a été élu. Pourtant, tout le monde sait très bien qu’il ne pourra pas appliquer son programme issu du cabinet de McKinsey. Le président dans une trop forte estime de lui-même a regretté ne pas avoir la majorité absolue dite “solide”. Les réformes devront progressivement passer les unes après les autres au travers d’un système d’alliance dans le cadre d’un contrat de gouvernance ou des réformes taillés sur pièce. Les différentes prérogatives de la Constitution permettent dans ce point d’utiliser des mesures autoritaires à l’image d’une “monarchie présidentielle” comme les ordonnances, le 49.3, etc.

Au contraire, Emmanuel Macron a toujours voulu d’un groupe parlementaire caporalisé en rebus de toutes les lois concernant le “mandat impératif”. Les éléments de langage tendent naturellement à sous-entendre qu’au travers toujours de la Constitution, la position du mouvement “ensemble !” (résultant d’un plagiat du parti Ensemble) se retrouve progressivement dans une dynamique dangereuse. La machine s’enraye, la machine se retrouve dans une situation inédite. La question résulte de savoir si la façon de gouverner de la présidence de la République va changer de fond en comble ou s’il y aura de simple rustine afin de poursuivre l’effort financier pour soutenir les entreprises, les actionnaires et les plus aisés. À partir de ce moment précis, une crise institutionnelle nécessite une forme d’introspection profonde, mais aussi de trouver des solutions au cadre de la Cinquième République. Je pense sincèrement que nous devons changer de République afin d’aboutir à un véritable système parlementaire afin de faire entrer la France dans les “grandes démocraties” et non plus dans une “République bananière”.

Auteur/autrice : Pierre Le Bec

Aide-Soignant en #EHPAD, Marxiste et Communiste ✊

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
0:00
0:00