L’opposition au pass sanitaire est protofasciste

Photo by Lukas on Unsplash
Temps de lecture : 2 minutes

Les gugusses manifestent dans les rues tous les samedis contre le “pass sanitaire” sous différents prétextes plus ou moins farfelus au nom d’une crainte, d’abstraction des faits et des études scientifiques. Cette rigueur qui tourne autour d’une vision très clairement ancrée dans une analyse distinctive. Qu’est-ce qui fait peur dans le pass sanitaire ? Qu’est-ce qui est différent en un carnet vaccinal ou de santé ? Ces questions demeurent tout de même l’alpha et l’oméga dans le début d’un quelconque raisonnement au sujet du “pass sanitaire”.

Ainsi, il semble nécessaire au nom de la “recherche des faits” d’apporter des éléments de réponses s’inscrivant dans la rigueur matérialiste. La réécriture de l’Histoire au travers d’un “angle alternatif” projetant l’ensemble des craintes et des phobies diverses s’initie dans les faits que ces derniers portent en eux les germes d’une vision protofasciste. Le mélange totalement hétéroclite allant de l’ultra-gauche à l’ultra-droite témoigne également d’un confusionnisme ambiant très important au sein de la société. En effet, les manifestations se construisent concrètement sur une désinformation de fond et de mensonges massifs. La propagande antivaccinale (légèrement différente de celle du pass sanitaire) s’inscrit comme la consommation de l’alcool de façon bringe-drinking. Elle est massive et sur une courte durée. Or, la recherche de l’effet de buzz dans ces mouvements ne se réalise en aucun cas au travers d’une réalisation d’une vérité, mais de la propagande. On se rend compte qu’il y a tout de même une vision très claire de réaliser que les fake news sont une réécriture sur un corpus d’un profond malaise psychique (et il ne s’agit pas de psychiatriser les personnes en question).

Le mouvement complotiste existait sérieusement avant l’ère de Donald Trump. La complosphère n’est en rien un fait inédit. Elle existe depuis plus d’un siècle, mais reste “l’avant-garde” dans l’utilisation des technologies numériques. Dès lors, il semble nécessaire de voir qu’au sein de cette extrême-droite se positionne tout un champ politique plus ou moins nauséabond.

Les “résistants 2.0” à la “dictature sanitaire” pour paraphraser l’association d’extrême-droite “Réinfo-Covid” utilise la méthodologie et l’ensemble de l’aspect de la sémantique liée à la “réinformation” afin d’asseoir leur emprise au sein de la population. Cette stratégie visant à élaborer une “vérité alternative” par rapport aux différents éléments s’inscrit clairement dans l’ancrage politique de l’extrême-droite 1. Il existe également une corrélation entre l’extrême-droite et le mouvement “vaccino-sceptique” 2. La question de l’eugénisme tant promue par Florian Philippot, Louis Fouché ou encore Martine Wonner apparaît paradoxale puisque ces derniers n’hésitent pas à critiquer le régime nazi en se considérant persécutés … tout en reprenant ouvertement les thèses hygiénistes du Troisième Reich 3.

Il semble nécessaire de voir que le “pass sanitaire” n’est autre qu’un certificat vaccinal issu du carnet de santé4 avec un “QR code” afin de le sécuriser. La question de retrouver une vie antérieure à celle que nous avions avant la pandémie semble plus que nécessaire. Nous en avons assez bavé avec nos camarades. Puis, la lutte contre le capitalisme devient primordial.

  1. Voirol, Olivier. « Pathologies de l’espace public et agitation fasciste. Leçons de la Théorie critique », Réseaux, vol. 202-203, no. 2-3, 2017, pp. 123-159.
  2. Cyprien Caddeo, « Anti-masques, antivax, anti-confinement : crier au complot sanitaire, un jeu politique viral », l’Humanité, le 15 mai 2021, [en ligne], consulté le 02 août 2021, URL : https://www.humanite.fr/anti-masques-antivax-anti-confinement-crier-au-complot-sanitaire-un-jeu-politique-viral-706860
  3. Czech, Herwig. « Santé publique, hygiène raciale et eugénisme sous le Troisième Reich : l’exemple de Vienne », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 183, no. 2, 2005, pp. 423-440.
  4. Rollet, Catherine. « Pour une histoire du carnet de santé de l’enfant : une affaire publique ou privée ? », Revue française des affaires sociales, no. 3, 2005, pp. 129-156

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments