L’obligation vaccinale est nécessaire

Photo by Belinda Fewings on Unsplash
Temps de lecture : 3 minutes

Les apprentis sorciers du libertarisme et des “libertés individuelles” nous bassinent sans cesse ces derniers temps sous le slogan : “Libertay“. Ils viennent d’horizons divers et pourtant, ils sont “vaccino-sceptiques” pour reprendre leur novlangue (afin de ne pas dire “antivax”).

L’obligation vaccinale face au vaccino-scepticisme

Dans ces éléments de philosophie politique, la promotion de la vaccination obligatoire serait un élément contraignant. Toutefois, les politiques de santé publique nécessitent une “force de l’action de l’Etat”. En effet, l’individualisme au sens méthodologique ne permet pas de garantir la même efficacité que la coercition. Dans l’absolu, la nécessité de la “liberté” devient nécessaire sauf lorsque les personnes sont prêtes à être “liberticide” pour les autres.

La régulation de l’Etat devient plus que nécessaire à ce moment-là. Loin sans faute qu’il me semble nécessaire de déconstruire la question de l’autorité de l’Etat, mais les conditions nécessaires pour en finir au travers de son abolition ou d’une quelconque révolution ne sont pas réunies. Ainsi, il n’est pas opportun de se positionner d’une quelconque matière de façon absolue contre toutes les formes d’autorité.

De plus, il semble nécessaire que le mouvement progressiste, matérialiste et marxiste (ou marxien) peut se positionner d’une certaine manière en faveur de l’obligation vaccinale afin d’éradiquer les maladies contagieuses que nous pouvons par un “traitement préventif”, c’est-à-dire au travers de la méthode vaccinale. On peut dire d’une certaine manière que le fait de vaincre des épidémies ou même des pandémies réside dans un véritable progrès. En ce sens, la question de la mise en place d’une politique vaccinale reste étroitement liée avec une politique clairvoyante en faveur du progressisme et plus réciproquement du socialisme (quelle que soit sa forme). Ainsi, au moment où manifeste les syndicats et gilets jaunes, les partis de l’alt-left française, et autres mouvements citoyens contre la vaccination obligatoire, on peut clairement se poser des questions puisqu’ils ne sont que la minorité bruyante, clairement hostile à toute forme de sortie de crise de cette pandémie.

De ce fait, on se rend compte qu’il y a clairement une vision entièrement déstabilisante pour les partisans d’une “liberté absolue”. La logique voudrait que nous ne passions pas par “l’obligation vaccinale”. Hélas, face à des personnes qui ne regardent que leur nombril et sont incapables de raisonner au niveau “macro” et s’inscrivent dans un alliage de “l’individualisme du soi”. Même le théoricien de la “main invisible” à savoir Adam Smith pensait qu’il était nécessaire de créer un “service public” là où le “service privé” ne pouvait en aucun cas se substituer. Ainsi, il semble nécessaire de voir qu’il y a d’une certaine manière une nécessité d’enclencher des mesures sanitaires strictes et rigoureuses.

L’obligation vaccinale depuis 1902 (variole)

Photo: Trois ampoules de vaccin contre le choléra, Paris, 1924

Le Vaccin contre la variole est rendu obligatoire en 1902. Son administration à auparavant administrée à certaines couches de la population.

Contraindre les soignants sous forme de sanctions disciplinaires s’ils ne sont pas vaccinés au nom de l’obligation vaccinale n’est pas se positionner dans “l’esprit autoritaire”, mais dans un esprit d’entraide et de solidarité, notamment envers les plus fragiles. Lorsque l’on soigne des personnes, on ne peut se permettre de mettre en danger les patients à travers des maladies ou des infections attrapés à l’Hôpital (les fameuses maladies nosocomiales). D’ailleurs, s’ils sont soignants, ils ont dû assumer clairement un processus d’obligation vaccinale, dont le vaccin contre l’Hépatite B qui contient de l’Aluminium alors que les vaccins Moderna et Pfizer n’en contiennent pas. Cherchez l’erreur ! Il semble peut-être nécessaire d’avoir une refonte du DEAS !

Nous l’avons déjà explicité que les maladies telles que la variole (dont la dernière épidémie date de 1974) sont liées à des efforts clairs sur l’ensemble du globe. Dans le même temps, les traitements pour soigner ces maladies sont nettement plus lourds et clairement ruineux pour l’économie et le budget de la Sécurité Sociale. La question d’ailleurs que les opposants aux différents “lobbys pharmaceutiques” soulignent, demeure dès lors clairement caduque. En effet, ils ne peuvent que résider dans les “idiots utiles du capitalisme pharmaceutique”. Dans ces conditions, leurs arguments sur les expérimentations du vaccin sont “nuls et non avenus”. Cependant, la ténacité de telles croyances réside dans des approches clairement mystiques. Un vaccin coûte entre 20 et 150 euros, une journée en réanimation entre 2 500 et 10 000 euros avec de vrais traitements expérimentaux et sans reculs au nom d’une médecine de guerre.

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments