Faire de la politique, c’est faire des choix

Photo by Anthony Choren on Unsplash
Temps de lecture : 6 minutes

Nous vivons dans une société de plus en plus dangereuse. Le mouvement antivax biberonné à la haine et à l’obscurantisme me targue de me dire que j’avais pris de l’avance lorsqu’il s’agissait entre autres de monter au combat contre les hordes et les meutes. Toutefois, j’avais fait une erreur majeure et fondamentale : face à l’extrême-droite, on ne part pas tout seul au front au risque de se retrouver submerger par ces personnes. Au rythme du jour, c’était la même propagande totalement délirante et sans fondement argumentatif. En l’occurrence, l’artiste comme tous ses prédécesseurs hurlent sans cesse à “liberté d’expression” pour justifier son “ignorance” et sa “bêtise”. Sur le combat frontal, j’ai assez donné face à des personnes qui ne s’inscrivent pas dans la “bienveillance”, mais bien dans la soumission à leurs croyances.

Peut-être qu’il n’ose pas l’avouer, peut-être qu’il ne voit la dérive devant leurs yeux. Il y a des personnes qui croient en Dieu, c’est un choix qu’ils ont pris. Puis il y a des personnes qui croient à des théories qui n’ont jamais été prouvées scientifiquement. La question du complotisme s’inscrit de facto dans le domaine de “croire”. Or, lorsque les théories complotistes en ce qu’il concerne le “mouvement antivaccin” sont tout simplement non-fondées. Ce n’est plus “In God We Trust”, c’est “In Conspiracy We Trust”.

L’une des questions fondamentales réside à savoir celle-ci : sont-ils idiots et stupides ? Je sais, on ne devrait pas juger les personnes en fonction de leurs croyances et de leurs dogmes. Toutefois, au vu du fanatisme, je me demande s’il ne serait pas nécessaire de réaliser une vision d’envergure face à la minorité bruyante. Cette nuée d’obscurantisme soudain me targue de me dire que finalement, il faudrait les isoler et leur accorder le moins d’importance possible. Or, comme les évangélistes, ils restent très dangereux et n’hésitent plus à pas à passer à des actions commandos que l’on pourrait qualifier presque de terrorisme en ce qu’il concerne les incendies des centres de vaccination.

Les partisans de la “libertay” ne sont pas les mêmes qui manifestaient dans les rues pour défendre les droits et les conquêtes sociales. Au contraire, les personnes partisanes entre autres d’un libertarianisme (ou libertarisme) veulent une liberté absolue qui consiste à surdimensionner le “moi” au profit de la destruction du “contrat social”. Ces personnes-là, comme je le soulignais dans un précédent article, s’inscrivent dans les théories de Spooner, de David Friedman, Nozick & co. Autrement dit, ces théoriciens ne sont pas des blagueurs : ils sont aux ordres de l’individualisme absolu. Ils chantent ensemble contre le “vaccin obligatoire” alors que nous sommes dans la pire crise sanitaire du siècle. Ils sont incapables de se responsabiliser. Le variant Delta a déjà atteint le R de 1,6 selon les chiffres de Santé Publique France en date du 16/07/2021. La question réside dans le fait de savoir : maintenant, on fait quoi ? On laisse les principes généraux du néolibéralisme pour créer d’autres variants plus contaminants et plus létaux ? Rien à faire, c’est laisser faire ou plus précisément Business as usual ?

Ces derniers sont tellement conservateurs et réactionnaires qu’ils ont fait massacrer les partisans de la vaccination lors de la Commune de Paris en 1871. En effet, se faire vacciner reste un “acte révolutionnaire”. Il ne fait nul doute là-dessus. Dans un premier temps, l’ouverture des brevets des entreprises pharmaceutiques afin de laisser l’accès à l’ensemble de l’Humanité les différentes technologies de vaccins semble fondamentale. Dans un second temps, le contrôle social des moyens de production des entreprises pharmaceutiques intervient comme une nécessité afin que les actionnaires de ces entreprises ne s’enrichissent pas sur le dos de la crise. Cependant, ces mesures n’étant pas “libertariennes”, les “vaccino-sceptiques” ne sont que la cheville angulaire du capitalisme le plus sauvage et le plus crade. Revenons d’ailleurs sur le slogan “mon corps, mon choix” issu du MLF. Ces derniers au nom des “libertés absolues” (cela se traduit par la compréhension de la “liberté du moi”) interviennent dans l’esprit que le “corps” appartient intégralement à la personne. Par ailleurs, leur raisonnement ouvre entre autres le chemin à deux éléments : le trafic d’organes, la vente du sang et la GPA. Il n’y a dans les faits aucune éthique si ce n’est la recherche à tout prix de la mouvance ultra-libérale. Les libertariens à la droite de Trump tout comme les évangélistes se prennent pour de “glorieux” personnes contre le “systaimeuh”. Bref, maintenant que nous avons compris que le fondement théorique de leur doctrine, je peux le dire : se vacciner est bien plus qu’un acte citoyen, c’est aussi une méthodologie pour en finir avec la pire crise sanitaire du siècle. 

Et le “contrat social” ? Il s’agit d’une notion fondatrice dans les sociétés modernes. Qu’importe ! Nous sommes pas dans du Montesquieu ou encore du Rousseau, mais plutôt dans du Hobbes. Ainsi, la question de résister s’avère n’être ni plus, ni moins d’une certaine manière que de s’inscrire dans l’hyper-individualisme. Je ne dis pas qu’il ne faille pas une part de l’individu dans le modernisme. Cependant, lorsque les personnes tentent progressivement de placer l’individu au-dessus des libertés publiques et individuelles de l’autre alors il ne peut que se créer qu’une vision clairement liberticide. Dès lors, les “vaccino-sceptiques” biberonnés à la haine ne sont en réalité que des “réactionnaires” et “égocentriques”

Sur la question du “pass sanitaire” que les antisémites adorent utiliser comme “paSS Nazitaire”, il semble nécessaire d’être pragmatique et réaliste sur la crise que nous traversons actuellement. Si le nombre de lits qui a été supprimé serait à l’origine de la crise sanitaire actuelle, il semble nécessaire de voir qu’à un moment donné : diriger, c’est prendre des décisions (bonnes comme mauvaises). Dans le cas où la logique des opposants au rationalisme se gère, il semble plus que nécessaire de voir l’eugénisme comme porte de sortie à la crise. N’est-ce pas les “nazis” qui utilisaient ces thèses nauséabondes pour créer une “race forte” ? Autant dire que nous sommes dans “l’inversion du référentiel”. Les “collaborationnistes” se considèrent comme les “héros”. C’est bien cela le problème. 

Loin de sombrer dans l’insécurité ambiante, j’ai pu constater avec désarroi que des mouvements clairement complotistes pouvaient soulever près de 100 000 manifestants dans la rue contre le vaccin à propos de la pandémie actuelle. Cela ne fait guère de doute que les manifestations de petits-patrons biberonnés et mis sous perfusion de l’Etat et des Gilets Jaunes nous ont fait passer des messages clairement audibles et revendicatifs : tout pour les patrons, tout pour les libertés économiques, tout pour le libertarianisme. Finalement, les Jean Moulin et Jean Zay 2.0 du XXIème siècle sortent dans nos rues pour hurler à la dictature, mais sont les mêmes qui manifestent avec les policiers putschistes des corporations policières : comprendra qui pourra.

Entretemps, la pandémie continue de poursuivre son augmentation de victimes, son impact budgétaire, ses conséquences sur la vie quotidienne des personnes … Ainsi, les “complotistes” ne sont en réalité que les “actionnaires des pompes funèbres” et les responsables d’une partie du trou de la Sécurité Sociale. Il semble nécessaire de taper du poing sur la table.

Pour ma part, je pense que l’on devrait faire davantage de pédagogie en ce qui concerne la vaccination afin d’arriver à une couverture optimale. En effet, l’aspect autoritaire peut rebiffer les personnes, mais dans le même temps … le “antivaxs” ou “altervaxs” sur toutes les données scientifiques et le consensus continue d’être dans les croyances. Il semble nécessaire qu’ils financent eux-mêmes leurs propres dogmes et non pas sur le dos de la “solidarité nationale”.

Quant à la quatrième vague va emporter les “antis et altervaxs” alors il faudra que ces derniers dans le cadre d’une “responsabilisation” de leur idéologie et du “libertarianisme” qu’ils défendent, payent l’ensemble des frais à prix coûtant. La solidarité oui, mais pas à n’importe quel prix. 

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires