Les islamo-baratineurs, le danger de la droite extrême et de l’extrême-droite

Photo by John Cameron on Unsplash
Temps de lecture : 5 minutes

Dans les réseaux de la droite radicale et extrême, la question de la “politique des faits divers” au lieu de faire “l’économie politique” reste tendancieuse pour ceux qui n’ont pas vraiment d’arguments, pas de programme et encore moins une notion de faire de la “Politique” au sens noble. La droite radicale que l’on devrait caractériser par “droite extrême” se transcrit par un mouvement clairement dangereux. Il y a une peur que la France se perde dans des valeurs dangereuses comme le fait que la gauche remettrait en cause la laïcité, l’universalisme ou encore la remise en cause du “Roman national”. À un moment donné, ce mouvement qui se garantie du choix de la “liberté” comme celle d’opinion, de pensée, de liberté d’expression se résume être un danger de fond.

Le fameux “Front Républicain” ne permet pas de garantir la “sauvegarde de la République”. Ainsi, il ne se passe pas une seule journée sans que les faussaires de l’identité républicaine ne viennent distiller leur poison dans l’espace public. Des troubles fondamentaux sont à l’ordre afin de faire vaciller la séparation des pouvoirs ou encore celui d’un gouvernement civil. À chaque fois qu’il y a une crise économique et sociétale de grande ampleur au sein des “démocraties modernes”, la tentation vers un “régime autoritaire” se fait clairement désirer par la bourgeoisie. Cette menace n’est plus à prendre à la légère. Le tournant que prend des régimes comme la Hongrie ou la Pologne doit nous soucier clairement de ce qu’il peut arriver en France. Si l’extrême-droite au niveau de son parti officiel a reculé dans les urnes, ses idées continuent de progresser. En effet, la “démocratie libérale” qui reste “l’alpha” et “l’oméga” en termes de vision démocratique. L’un des problèmes réside dans le fait qu’elle commence à vaciller dangereusement. Ainsi, la promotion du “libéralisme philosophique” demeure fondamentale afin de garantir les valeurs qu’elle engendre et de ne pas se retrouver à la tête d’un régime avec un “parti unique” où tous les autres partis politiques sont discriminés et criminalisés comme c’est le cas chez les amis d’Òrban. D’autant que le rejet de la pensée libérale au sens, stricto sensu, se transcrit également par une politique antisémite et antimusulmane, xénophobe, homophobes, etc.

Dès lors, la France pourrait bien devenir si la “fenêtre d’Overton” s’ouvrait d’un coup afin qu’elle se matérialise par la création d’un régime hybride. Nul ne peut douter que nous soyons face au pied du mur. Les uns sont les défenseurs des “libertés individuelles” (au-delà des libertés économiques et de la responsabilité individuelle) alors que les autres sont les défenseurs d’un régime “ultra-répressif” et “ultra-autoritaire” s’échafaudant au travers des différentes lois que les législateurs apparentés “libéraux” 1 et surtout “ultra-conservateurs”. Dans les faits, malgré un gouvernement qui se réclame du “libéralisme philosophique”, nous entrons progressivement dans une phase où le libéralisme économique tend à l’emporter sur le libéralisme philosophique. Dans ces conditions, la désintégration progressive du corpus républicain tend à transformer l’état de droit vers un état légal si cher aux adversaires de la République. Ce dernier fut théorisé par Charles Maurras. Cela en dit long de l’influence que l’extrême-droite peut avoir même au sein de ceux qui peuvent paraître “républicains” alors qu’ils ne le sont pas. Ainsi, qu’un ministre demande un coup d’état avec le soutien des policiers alors que celui-ci est un “supposé violeur” jusqu’à preuve du contraire, cela en dit long de l’ambiance qui règne à l’Elysée et à Matignon.

Toutes les conditions semblent réunies pour que nous assistions à un basculement vers un “monde différent” de “régime républicain”. Les lois constitutionnelles peuvent permettre de barrer la route à ce genre de mouvement. Pourtant, nous commençons à apercevoir d’une façon claire que les “lois constitutionnelles” dans l’état actuel de notre composition politique peuvent être votée d’une façon unanime par la majorité des “deux tiers” au Parlement de Versailles. Ainsi, la Constitution qui faisait barrage aux différentes lois peut basculer d’un jour à l’autre toujours dans la “Cinquième République”, mais dans une version totalement dépourvue de “l’esprit républicain”.

La France, ce n’est pas que “le pain, le vin et le Boursin“. On entend trop souvent la question de l’identité culturelle se traduire par la notion culinaire. Mais il y a aussi l’aspect d’une Histoire qui se confronte au “roman national”. Cela hérisse les poils aux traditionalistes de voir que la construction de leur vision historique s’avère être une “historiographie de la classe dominante”. Les jours peu glorieux sont mis sous le tapis et la réalité réside dans une vision totalement dévoyée. Pourtant, la République continue d’être réclamé par des personnes étant dans un “ésotérisme de la République”. La vision spirituelle s’inscrit dans le corpus de ceux qui ont brandi la IIIème République au moment de la défaite de Sedan et du massacre des communards. D’ailleurs, la “Commune de Paris” leur fait froid dans le dos, mais pas pour construire des Basiliques afin de rétablir l’ordre moral et de bannir l’esprit laïc. Dans les faits, les courants progressistes sont vus comme étant une émanation de “l’islamo-quelque-chose“. Il faut se rappeler que la raison était bien ancrée dans notre pays, bien avant que la grande mosquée de la ville de Paris soit élevée vers le ciel. On constate qu’il se creuse une lente scission au sein de la population sur la vision de la République. Je peux dire d’une certaine manière que les “islamo-baratineurs” n’ont que l’argument d’une organisation sociétale fondée sur la religion et l’appartenance à une religion comme ancrage de détermination de l’individu. De ce fait, il apparaît très étonnant que dans les circonstances que l’on connaît actuellement où les milliardaires financent l’extrême-droite, notamment à travers le focus médiatique ; les “républicains” dits de “droite” ne soient plus en mesure de réévaluer d’une quelconque manière leur façon de renouveler la “République”. Au contraire, ils sont la guillotine qui veut décapiter la République.

La menace pèse, ce n’est ni l’islamo-gauchisme, ni l’indigénisme et encore moins le décolonialisme, mais une “droite identitaire” à plusieurs têtes qui rêvent d’imposer son modèle de gouvernance par la peur et la terreur. Le concept d’une “France éternelle” qui se résume être un fiasco sur le plan des idées. Derrière les attaques contre “l’islamo-gauchisme” se trouvent en réalité une pensée totalement assumée qui fait figure avec celle des identitaires. Ainsi, n’est-ce pas Jacques Myard (maire LR, allié de Libres !) est allé voir Bachar Al-Assad … Un allié de taille pour le parti de Marine Le Pen, mais aussi celui de Pécresse … Au-delà d’être un boucher, il a préféré libérer les djihadistes et les islamistes que de soutenir une transformation vers une libéralisation de la société. Ainsi, Pécresse et Bardella sont les idiots utiles du djihadisme par association. Et cela n’a pas l’air de les déranger plus que cela. De telle sorte, ils peuvent vomir contre les progressistes, les musulmans (y compris les progressistes) et la République, ce sont toujours des idiots utiles de ce qu’ils dénoncent. 

Il semble rationnel de constater que le patrimoine culturel revendiqué permet de traduire l’ensemble de la dynamique de ces forces. Dans ce moment où l’extrême-droite tente de muscler son discours vers un bannissement de l’idéologie progressiste comme nous l’avons vu afin d’y installer un régime autoritaire clérical. Combien de personnalités de centre-droit, de droite radicale et d’extrême-droite sont prêts à renverser l’Historiographie de la République ? Combien de ces personnes sont prêts à venter les bienfaits du Bonapartisme et du Pétainisme ? Oui, il y a une alerte importante. Notre république est en danger par les islamo-baratineurs ! Oui, il faut en découdre avec les islamo-baratineurs par tous les moyens qui veulent en finir avec le pluralisme et souhaitent imposer une dictature militaire dans le sang. Oui, l’antifascisme est la seule solution face à ces courants venant des égouts de l’extrême-droite.

  1. On constatera que l’appartenance au libéralisme se transcrit dans un premier temps sur l’axe économique alors que sur le plan philosophique, il est nul et non-advenu.

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires