La rue ou le fascisme …

Temps de lecture : 2 minutes

Nombreux sont les camarades à croire dans une élection providentielle d’une personnalité politique afin de créer une “révolution citoyenne”. Les urnes sont utilisées à une mission afin de renverser le “système capitaliste” de l’intérieur. Cette stratégie suscite du rêve et de l’espoir chez de nombreux partisans d’une révolte citoyenne. Lorsque la manœuvre du réformisme social-démocrate essaye d’aboutir à instaurer une transition socialiste, cela se traduit par un réformisme mettant en avant un capitalisme social. Les réformes sociales se veulent marginales. Autrement dit, la révolution tant voulue par les urnes s’avère n’être d’autre qu’une vaste mascarade.

Dans le contexte actuel à travers de la montée d’un front antirépublicain vis-à-vis de la gauche radicale, les éléments montrent clairement que le tournant s’oriente autour d’une devise bien connue qui tend à glacer le sang. Dans le même temps, il y a une alliance officielle avec les différentes corporations néofascistes policières. N’oublions pas que la “Police Nationale” a été créée par Pétain afin de soutenir le pouvoir en place le 14 août 1941. Enfant de Pétain et cousin d’Hitler, les forces armées sous la tutelle de ministère de l’Intérieur n’ont pas pour objectif de défendre d’une quelconque manière la sécurité, mais le pouvoir capitaliste en place. Le fascisme ne peut qu’enfanter des monstres. Or, ce sont les néofascistes qui soutiennent à bras-le-corps les revendications policières de soumettre, de tordre et d’en finir avec l’état de droit. Dominique Grange chantait : “À bas l’état policier“. Je pense qu’elle avait parfaitement raison. Face à cette tentative de putsch provenant de mercenaires et soutenue par le pouvoir en place tout comme une armada de citoyens et de politiciens du Parti Communiste Français jusqu’au néo-nazi, il ne se fait pas l’ombre d’un doute que le “droit à l’état policier” devient une revendication majeure.

L’ordre public et politique doit régner en France afin de mettre en place des politiques d’une violence inouïe. Les soldats de l’ordre capitaliste le savent très bien qu’ils appliquent le néofascisme par étape. L’objectif inavoué ne réside pas dans pas dans la sécurité des citoyens, mais la protection des capitalistes, des bourgeois et des actionnaires. En effet, si ces ignares biberonnés au poison de la haine vis-à-vis des “prols” ne voulait pas en découdre avec ces derniers, nous n’aurions guère d’autres chemin qu’à prendre celui de la rue. L’espace politique devient fondamental afin que les organisations de travailleurs, d’ouvriers et de salariés se battent contre les compagnons de route d’un état totalitaire. Dès lors, il n’y a guère de doute que face à une montée extrême de ces officines d’extrême-droite, l’heure n’est plus tellement à savoir comment nous allons prendre de nouvelles libertés. Il faut les arracher face à une bourgeoisie en quête d’un pouvoir absolu. N’oublions pas que nous avons guillotiné Louis XVI et fusillé Pierre Laval, à défaut d’avoir troué le corps du Maréchal Pétain.

En effet, Macron et la bourgeoisie promettent une politique sanglante afin de rembourser la dette et équilibrer le déficit public coûte que coûte. Dans ces conditions présentes, le modèle qui attend la France est celui de la Grèce avec le soutien des politiques d’extrême-droite voire néo-nazis. La rue si elle ne se soulève pas n’aura d’autre choix que de s’enfoncer dans un nouvel Etat Français. La République peut dire adieu à ses valeurs au nom d’une devise bien connue : “Travail, Famille, Patrie”.

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments