Trafic de drogue, un business juteux contre les libertés individuelles

Photo by Colin Davis on Unsplash
Temps de lecture : 4 minutes

La drogue, je pourrais en parler pendant des heures au vu de mon passé. Toutefois, je ne suis pas là pour mettre en avant mon expérience qui relèverait d’un témoignage anecdotique. Mais je peux tout de même m’en servir pour apercevoir que les dépendants ne sommes que la chair à canon en ce qu’il concerne les politiques publiques visant la maladie de la dépendance reconnue par l’OMS.

Dans ces conditions, le virage sécuritaire orchestré par l’extrême-droite au pouvoir tend à creuser un véritable fossé entre le fait de sortir des individus de la “consommation active” et celui de réaliser une “politique du chiffre”. Sarkozyste assumé et proche de Marine Le Pen, le “premier flic de France” le sait très bien qu’il a une carte à jouer s’il veut que son “employeur” à savoir officiellement Jean Castex et officieusement Emmanuel Macron. En effet, il fait tout pour que le président de la République soit réélu à travers les votes du Rassemblement National. Les passerelles entre les différentes droites sont très étroites. 

Ainsi, le trafic de drogue est devenu une vision très exacerbée pour la campagne présidentielle de 2022. Il semble nécessaire pour les différents partis politiques de jouer la carte “sécuritaire”. En effet, la question du “sentiment d’insécurité” se reflète dans les chiffres comme une fiction. Plus les lois durcissent l’autoritarisme, plus le “sentiment d’insécurité” augmente. Autrement dit, il s’agit d’une association psychique dans une réalité s’enracinant dans l’émotionnel. La volonté est de réduire la délinquance, mais les politiciens préfèrent jouer la “carte de la peur”. En effrayant le lumpenprolétariat, il joue très clairement sur un tableau en pointant des jours meilleurs, mais dans les faits ce qu’ils mettent en avant n’est qu’une partie entre autres de jours particulièrement obscurs emportant la République. En effet, lorsque Darmanin préfère la position du “boucher-charcutier” de Tourcoing que les statistiques de l’INSEE, on peut clairement se demander que la vision qu’il s’en dégage ne soit qu’un ramassis de populo-démagogisme. En rien, cette vision clairement obscurantiste s’alliant avec la beaufitude démontre très clairement sa volonté en matière d’appel au rationalisme et au matérialisme. De ce fait, nous sommes dans une ère où le “roman national” sera toujours préférable aux analyses scientifiques et fondées.

Ainsi, les malades sont persécutés par le pouvoir en place faute d’une véritable politique en matière d’endiguement de la toxicomanie. La criminalisation du malade se réalise d’une façon totalement éhontée par les pouvoirs qui se succèdent les uns après les autres. Autrement dit la politique de prévention et d’endiguement du phénomène qui touche de plus en plus de citoyens tend à se concrétiser par une vision morbide et délétère. De telle manière, il convient de souligner que le fait de créer des amendes pour les consommateurs de cannabis par exemple s’inscrit dans une vision visant d’une part à renflouer les caisses de l’Etat, mais surtout surfant sur la “peur”. Or, la maladie de la dépendance touche sans prévenir et tout le monde peut y être victime. Les cures sont tellement faibles et les services d’addictologie en manque de moyens que je me demande si finalement, il ne serait pas souhaitable pour le pouvoir que les dépendants restent dans le jeu fantasmé actuel par l’opinion néoconservatrice et néofasciste : les malades financeraient le terrorisme. Ainsi, les rationalistes (dont le gouvernement n’en fait pas parti) suggèrent très clairement qu’une véritable politique de lutte contre le “cartel des drogues” passe entre autres par une véritable politique active afin d’arracher les dépendants de la “consommation active” par tous les moyens nécessaires quitte à mettre des milliards sur la table.

Nonobstant cette vision, la “drogue est devenu l’opium du peuple”. Dans ces conditions présentes, le gramme de cocaïne sera plus ou moins équivalent à celui du gramme de cannabis dans les vingt ans qui vont venir avec des centaines de milliers de malades supplémentaires sur des produits clairement plus addictogènes. Ainsi, le “premier flic de France” le sait très bien qu’il élabore un programme au service d’une idéologie la mortifère possible. Le gouvernement a besoin d’utiliser les malades comme des délinquants afin de réduire les libertés individuelles. Cette vision se traduit également par une vision tendant à long terme de marcher sur les plates-bandes d’un certain totalitarisme. Le néofascisme porte en lui le programme le plus liberticide que le monde ait connu. Ainsi, pour Darmanin et sa clique, il ne s’agit pas de sauver des personnes de l’enfer de la drogue, mais de s’en servir comme des alibis pour durcir les règles sécuritaires. Autrement dit, les malades servent en tout lieu à sa politique dévastatrice et criminel.

Vous vous demandez comment enrayer le “cartel des drogues” au travers d’une politique alternative. Je le conçois que cette question mérite à elle seule un article sur lequel je reviendrai en détail. En effet, la question d’une véritable politique visant à “réguler” entre autres le marché de la drogue légale (au travers des médicaments) et illégale (au travers des substances non-médicamenteuses). Cela permettrait de créer de recettes au niveau de l’Etat afin de les orienter en matière de soins vis-à-vis des dépendants. Mais cela suggère de changer de paradigme et de s’ancrer dans un véritable virage progressiste.

Pourtant, il convient pour eux de céder au chant des sirènes et de “tout répressif”. Or, nous le savons très bien où mène cette politique : vers une dictature policière. Aux Philippines, tout comme au Brésil sous prétexte de lutter contre le trafic de drogue, les néoconservateurs (comme Darmanin et sa clique) ont fait le choix d’une politique sanglante. Cela ne fait en rien reculer le “crime organisé”, mais cela crée des milliers de morts. Une politique sanglante s’installe dans ces pays où le “droit à la vie” est tout simplement éradiquer au nom des valeurs néofascistes. Que réclame les syndicats, dont Darmanin a ouvertement soutenu les différentes revendications ? La fin de l’Etat de droit avec l’instauration d’une dictature sanglante. De facto, nous sommes face à une “milice nationale” qui n’a en aucun intérêt à s’intéresser aux différentes valeurs du progrès que nous mettons en place. Au contraire, le fait de faire reculer la toxicomanie signifierait un recul très drastique de l’importance des “mercenaires du capital”. Autrement dit, pour faire baisser les effectifs de la police et gendarmerie nationale ce qu’il se traduit par une baisse évidente des bavures et des assassinats, une politique mettant fin à la prohibition devient nécessaire.

En ce qu’il concerne le rôle de l’Etat de sauver les dépendants d’un trafic qui n’est autre que des entreprises du côté de l’ombre du capitalisme. Le même capitalisme défendu par les tenants du pouvoir fait froid dans le dos puisqu’il agite une concurrence sans limite et sans règle entre les différentes entreprises et multinationales illégales. Les thèses d’Hayek, de Friedman and co sont mises en application, une façon de faire rougir le pouvoir qui y voit une concurrence déloyale face à la politique néolibérale qu’ils souhaitent mettre en place.

Le “violeur présumé” Gérald Darmanin pense uniquement au durcissement des différentes lois concernant la prohibition de la drogue au détriment des toxicomanes et des dépendants. Il faut dire qu’il est allé manifester contre les lois de la république, contre la constitution et contre l’Etat de droit.

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires