Les élections régionales dans la tourmente anticommunisme

Temps de lecture : 5 minutes

La droite se sent pousser des ailes dans les territoires où elle a la présidence des régions. Il y a comme un parfum d’anticommunisme dans le ciel gris français. On se demande les circonstances qui pousseront une telle déferlante sur le mouvement progressiste. D’ores et déjà, l’Île-de-France qui s’incarne dans une des mégalopoles importantes au sein de l’Europe attire tous les regards. En effet, le basculement d’une droite obscurantiste ayant fricoté avec les partisans de l’UOIF durant l’opposition à la “Loi Taubira” sur “le mariage pour tous” incarne cette dichotomie et son incapacité à avoir une base idéologique solide. Autrement dit, c’est clairement la bérézina chez les partisans de l’ordre bourgeois. À défaut de débattre sur des bases de programme, ils cherchent sans cesse la polémique stérile identitaire et raciste. Ainsi, la division permet entre autres d’avancer des pions, mais aussi de faire le lit du Rassemblement National.

Affiche anticommuniste à l’époque du Front populaire, 1936

La bourgeoisie enclenche une certaine tactique bien connue. Devra-t-on se laisser intimider par ces personnes en “col blanc” qu’il soit des partisans de Valérie Pécresse, d’Emmanuel Macron, de Xavier Bertrand ou de Marine Le Pen, tous ont un point en commun. Ils soutiennent dans les faits un vaste camp orienté vers des politiques scélérates visant à durcir la répression, supprimer toutes les libertés individuelles et collectives afin d’enclencher le processus vers un totalitarisme néolibéral. La différence entre le libéralisme et le néolibéralisme, l’un soutient la démocratie, l’autre ne se sert que de la démocratie comme un outil de domination. Ainsi, la “révolution” d’Emmanuel Macron accompagne dans les faits une vaste réaction. Ainsi, nous sommes en face d’un véritable “front bourgeois” rassemblant tous les différents courants de cette dernière.

Et pourtant, ce front bourgeois rappelle très bien des éléments fondamentaux comme le souligne Rosa Luxemburg. Nous n’avons rien à nous dire en ce qu’il concerne les antagonismes de classe :

 Le parlementarisme bourgeois, comme la domination de classe de la bourgeoisie, dont il est l’objectif politique essentiel, est déchu de son droit à l’existence. C’est maintenant la lutte de classes sous sa forme la plus dépouillée, la plus nue, qui entre en scène. Le capital et le travail n’ont plus rien à se dire, ils n’ont plus maintenant qu’à s’empoigner dans un corps à corps sans merci pour que le combat décide lequel sera jeté à terre1.

Lorsque le “bloc bourgeois” tente de rallier des positions visant à soutenir les “prols” dans certaines revendications démocratiques, il existe une forte désillusion. En effet, soutenir la démocratie libérale telle qu’elle est construite au travers d’un système représentatif ne peut que conduire dans les faits à une situation où le monopole du droit est détenu par la bourgeoisie. Ainsi, ceux qui accumulent le capital de façon exponentielle (en lien avec l’héritage) seraient dès lors des alliés de circonstance des prols ! Je ne pense pas du tout à cette exclamation. Je vois d’ailleurs davantage une vision pessimiste de reprendre le pouvoir au travers d’un système parlementaire standard. Nous n’avons rien à attendre de la main qui nous exploite, et encore moins à lui demander des droits. Au contraire, nous avons un monde à arracher. Je reprends toujours Rosa Luxemburg :

Ils prétendaient que son alliance avec les libéraux pendant la longue lutte pour le suffrage universel pouvait montrer comment des coalitions entre la social-démocratie et la démocratie bourgeoise pouvaient parfois se révéler nécessaires et politiquement sans danger. Cette démonstration a d´ores et déjà échoué. Seuls ceux qui n´étaient pas conscients des changements constants d´attitudes des libéraux, et de leurs trahisons répétées envers leurs camarades de combat prolétariens, pouvaient ne pas être extrêmement pessimistes quant à l´appui que la démocratie bourgeoise apporterait à la classe ouvrière2

Qu’importe, nous sommes dans une tempête où la classe médiatique est inféodée à la classe dominante. Ainsi, la quasi-totalité des médias donne une orientation libérale, conservatrice ou pseudo-progressiste. Dans ces conditions, tout semble être réuni pour que nous sentions le vent de la révolte et le début d’une vision de rupture avec les partis de l’ordre. La création de média autonome par les “prols” tend à créer une alternative crédible pour barrer la route de la désinformation quotidienne de la “bourgeoisie centrale”. On rétorquera que la “liberté de la presse” reste fondamentale. Mais le “parti de l’ordre” n’accorde aux différentes “lois” concernant la presse uniquement ce qu’il veut bien mettre en évidence.

Affiche de propagande démontrant le péril rouge, non daté

Le “poison anticommuniste” s’agit dans un contexte social toujours plus dur. En effet, la peur du communisme a toujours été brandie sous la notion du “péril rouge” (voir la photo ci-contre). Dans les faits, le capitalisme broiera l’ensemble des “prols” qui soutiennent cette vision bourgeoise et petite-bourgeoise. Ainsi, nous sommes dans une vision  la montée en puissance de la “gauche radicale” tout comme le retour aux sources d’une certaine gauche. Tandis que l’autre gauche subit la pression du réformisme social-démocrate s’engloutissant dans “l’adaptation du capitalisme” afin de réaliser une politique minimale au rabais. Or, les “prols” ne veulent en aucun cas, une démonstration de l’impuissance vis-à-vis du capitalisme. Au contraire, ils souhaitent une politique durable dans le temps en reprenant les “moyens de production” et de réaliser l’autogestion dans les organisations de travailleurs. Le “réformisme” ne fait plus rêver. Les heures sombres des “Révolutions” tendent à démontrer chaque jour un peu plus que nous sommes dans une démonstration quotidienne qu’il faille mourir pour des idées. Dans les circonstances actuelles, le réformisme tend à s’allier à la bourgeoisie afin de refuser une quelconque démocratie directe ou démocratie prolétarienne. En effet, les “prols” ont un monde à gagner et celui des libertés individuelles comme collectives.

Véhicule pendant la révolte Spartakiste à Berlin en 1919

Le son d’une nouvelle révolte spartakiste devient porteur d’espoir, mais cette fois-ci la révolte des “prols” armés devra soumettre la bourgeoisie. Je pourrais clairement appeler à la “guerre civile”. Toutefois, la “paix civile” que l’on nous tend se traduit inlassablement par une “guerre de classes” où la bourgeoisie possède le monopole du droit. Dès lors, il convient de reprendre l’écriture du droit par les “prols“. Je me doute que dans un Etat Policier, l’organisation d’une telle révolte fasse rêver les petits caporaux. En effet, tout est fait pour mater les “prols” à travers un système judiciaire à la botte de l’Etat Policier, mais aussi une vision toujours plus profonde de ce que peut représenter une démocratie bourgeoise.

Dans ces circonstances, la bourgeoisie sent que le vent de la révolte commence à tourner progressivement vers un mouvement populaire soutenant les classes laborieuses. De facto, la droite qui se prétendait “républicaine” a fait un choix avec son allié de toujours à savoir le patronat sous un slogan bien connu : “Plutôt Hitler que le Front populaire”. Ainsi, nous assistons à un front de la bourgeoisie allant du Parti Socialiste jusqu’au Rassemblement National. Ainsi, lorsque nous avons assisté à la manifestation des séditieux voulant en découdre avec la République la semaine qui s’est écoulée. Le mot d’ordre résidait très clairement dans une vision d’inscrire l’Etat Policier dans la constitution.

  1. Rosa Luxemburg, Assemblée Nationale ou Gouvernement des Conseils, « Die Rote Fahne », 17 décembre 1918
  2. Rosa Luxemburg, Eine taktische Frage, Leipziger Volkszeitung, 4 avril 1902, Publié dans Critique Sociale n° 4, janvier 2009, traduit par J. M. Kay pour Critique Sociale

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires