Bientôt une manifestation sous les vitres du Conseil Constitutionnel ?

Photo by ev on Unsplash
Temps de lecture : 5 minutes

Le conseil constitutionnel a censuré une partie de la LSG. Après avoir manifester contre la séparation des pouvoirs, on s’attend à ce que la “milice nationale” défile dans les rues de la capitale afin de vomir sa haine. Dès lors, la vision d’une petite bourgeoisie biberonnée à la haine des “prols” et des “minorités”. Dans un contexte social de plus en plus tendu, c’est un coup de massue contre le gouvernement. En effet, les défenseurs des libertés publiques ont réussi à faire censurer une grande partie de cette loi scélérate.

Cela me rappelle très bien cette période de l’entre-deux-guerres où le fascisme commençait à s’installer comme un effet domino dans les différents pays. D’ailleurs, souvenons-nous de ce que disait déjà Léon Trotski à propos de la montée du fascisme dans les années 1930 :

Le régime fasciste voit son tour arriver lorsque les moyens “normaux”, militaires et policiers de la dictature bourgeoise, avec leur couverture parlementaire, ne suffisent pas pour maintenir la société en équilibre 1

En poursuivant un peu plus loin, on s’aperçoit que les fascistes n’ont pas de programme prédéfini, mais un programme uniquement orienté autour de la petite-bourgeoisie :

Deux ans après son apparition, le fascisme était au pouvoir. Il renforça ses positions grâce au fait que la première période de sa domination coïncida avec une conjoncture économique favorable, qui succédait à la dépression de 1921-1922. Les fascistes utilisèrent la force offensive de la petite bourgeoisie pour écraser le prolétariat qui reculait. Mais cela ne se produisit pas immédiatement. Déjà installé au pouvoir, Mussolini avançait sur sa voie avec une certaine prudence : il n’avait pas encore de modèle tout prêt. Les deux premières années, même la constitution ne fut pas modifiée. Le gouvernement fasciste était une coalition. Les bandes fascistes, pendant ce temps, jouaient du bâton, du couteau et du revolver. Ce n’est que progressivement que fut créé l’Etat fasciste, ce qui impliqua l’étranglement total de toutes les organisations de masse indépendantes2.

Mais face à ces éléments, la classe ouvrière ne doit pas désarmer fac à la menace provenant du bas front tout comme la menace des différentes “lois scélérates” modernes votées les unes après les autres. Sous la couverture d’une vision progressiste, la petite-bourgeoisie le sait très bien : elle porte en elle une véritable nuée ardente. Ainsi, la question d’un “front unique révolutionnaire antifasciste” et “anti-policier” intervient dans le contexte actuel.

Les décrets d’exception de Brüning et la menace venant d’Hitler sont, en ce sens, un signal d’alarme “idéal” pour la politique de front unique. Il ne s’agit pas de défense au sens le plus élémentaire et le plus évident du terme. Il est possible, dans ces conditions, de gagner au front unique la grande majorité de la classe ouvrière. Bien plus, les objectifs de la lutte ne peuvent pas ne pas rencontrer de la sympathie parmi les couches inférieures de la petite bourgeoisie, y compris les boutiquiers des quartiers et des districts ouvriers. […] Les idées de Marx et de Lénine triompheront immanquablement au sein du prolétariat allemand.3.

La question salvatrice qui semble nécessaire réside dans le fait de s’attaquer à la propriété privée. Dans un contexte, où les sages tendent à tout prix de défendre les libertés publiques et individuelles face à un Etat policier (c’est-à-dire un Etat Fasciste) que l’on voit à travers Darmanin, la question systématique de s’ancrer dans le droit parlementaire fait ressurgir le courant réformiste social-démocrate. Si les lois et décrets peuvent paraître importants. Dans un parlement orienté par la bourgeoisie, ces derniers ne servent qu’à maintenir la bourgeoisie et par extension la protection de la propriété privée à savoir l’exploitation des travailleurs par le capital et les patrons. D’où la question d’en finir nécessairement du travail.

Frédéric Engels a écrit un jour que l’Etat, y compris la république démocratique, c’est des bandes armées pour la défense de la propriété ; tout le reste n’est là que pour enjoliver ou masquer ce fait. Les éloquents défenseurs du “droit”, genre Herriot et Blum, ont toujours été révoltés par ce cynisme. Mais Hitler et La Rocque, chacun dans sa sphère, viennent de montrer de nouveau qu’Engels avait raison. 4

Karl Marx disait au sujet de la transformation vers le machinisme que l’on pourrait de nos jours traduire vers l’automatisme et la révolution digitale (et le big data) :

Dans une société communiste, le machinisme occuperait, par conséquent, une toute autre place que dans la société bourgeoise5

Nous sommes à un tourant très profond de notre société comme nous venons de le voir. Le capitalisme tend à trouver une torsion afin de garantir la “paix civil”.

La classe laborieuse substituera, dans le cours de son développement, à l’ancienne société civile une association qui exclura les classes et leur antagonisme, et il n’y aura plus de pouvoir politique proprement dit, puisque le pouvoir politique est précisément le résumé officiel de l’antagonisme dans la société civile.
En attendant, l’antagonisme entre le prolétariat et la bourgeoisie est une lutte de classe à classe, lutte qui, portée à sa plus haute expression, est une révolution totale. D’ailleurs, faut-il s’étonner qu’une société, fondée sur l’opposition des classes, aboutisse à la contradiction brutale, à un choc de corps à corps comme dernier dénouement ?
Ne dites pas que le mouvement social exclut le mouvement politique. Il n’y a jamais de mouvement politique qui ne soit social en même temps.
Ce n’est que dans un ordre de choses où il n’y aura plus de classes et d’antagonisme de classes, que les évolutions sociales cesseront d’être des révolutions politiques. Jusque-là, à la veille de chaque remaniement général de la société, le dernier mot de la science sociale sera toujours :
Le combat ou la mort la lutte sanguinaire ou le néant. C’est ainsi que la question est invinciblement posée“. (George Sand.) 6

Nous sommes dans une guerre de classes opposant la bourgeoisie au prolétariat. Dans ces conditions, la lutte armée de la bourgeoisie pour défendre ses intérêts prend tout son sens. Les révolutions de 1789, de 1848, 1871 et bien d’autres effraient le pouvoir en place. Ainsi, la classe dominante tend à réaliser des démonstrations de force afin de faire trembler les classes laborieuses et surenchérir sur la question de l’autorité, la sécurité et de l’identité (notamment à travers les questions islamiques). Ces débats superflus ne font que masquer la réalité dangereuse de ce qu’il se crée en profondeur : la destruction des droits sociaux et de la répression de tous les mouvements sociaux par les “forces armées” et “les mercenaires” de la bourgeoisie.

Le corporatisme policier le sait très bien puisque cela ne fait que l’ombre d’un doute qu’il y a une alliance entre la direction de la Police Nationale et les autoproclamés syndicats. Le syndicalisme vise à défendre l’intérêt des salariés vis-à-vis du patron. Lorsqu’un syndicat est trop proche de son employeur alors la justice peut condamner le syndicat en question 7. On attend dès lors à ce que l’ensemble des corporations policières soient lourdement sanctionnées pour défendre l’intérêt de l’employeur.

Dans le même temps au sein d’un système libéral, le corporatisme policier constitue une entorse fondamentale aux principes libéraux :

Elle détruisit la grande puissance des maîtres de jurande, en supprimant toutes les corporations et tous les privilèges corporatifs. Elle leur substitua la libre concurrence, c’est-à-dire un état de la société où chacun a le droit d’exercer la branche d’activité qui lui plaît et où rien ne peut l’arrêter dans cette activité que l’absence du capital nécessaire8

À présent, nous avons pleinement vu la montée de l’extrême-droite au sein des forces de l’ordre ne pouvait que satisfaire les différents intérêts de classe dominante. Ainsi, en voulant renverser la constitution et l’état de droit, on peut clairement se demander si une manifestation devant le Conseil des Sages est à venir avec tous le gratin politico-médiatique … au détriment des valeurs constitutionnelles, des droits de l’homme, mais aussi des libertés individuelles.

  1. Léon Trotski, Comment combattre le fascisme, 2. Démocratie et fascisme, Œuvres – janvier 1932
  2. Léon Trotski, Ibid, 7. Les leçons de l’expérience italienne, Œuvres – janvier 1932
  3. Léon Trotski, Ibid, 15. La situation est-elle sans espoir ?, Œuvres – janvier 1932
  4. Léon Trotski, Où va la France, La France à un tournant (21 mars 1936), 1936
  5. Karl Marx, le Capital, Livre I
  6. Karl Marx, Misère de la Philosophie, II : La métaphysique de l’économie politique, 5. Les grèves et les coalitions des ouvriers, 1847
  7. Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 6 janvier 2016, 15-10.975
  8. Friedrich Engels, principes du communisme, 1847

About the Author

Pierre Le Bec
Je suis aide-soignant diplômé en EHPAD depuis 2018. Je suis un militant luxemburgiste, dont l’ambition s’inscrit dans le fait de renverser le capitalisme par la force dans un contexte de tension exacerbée de la lutte des classes.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments