Accueil > Extrême-droite et Nationalisme > Les lapsus du parti d’Emmanuel Macron

Les lapsus du parti d’Emmanuel Macron

Dernier ajout : 1er septembre.

Articles de cette rubrique

  • Les Gaulois réfractaires et Macron

    1er septembre, par Pierre Le Bec

    Le président de la République n’apprécie plus l’existence d’une opposition qui en est sortie par les urnes, mais aussi dans la rue. En utilisant l’expression "gaulois réfractaires", Emmanuel Macron renvoie au nationalisme de troisième République avec le "petit lavisse".
    L’erreur d’Emmanuel Macron
    Le président de la République d’opposer les libéraux aux nationalistes, mais dans son discours, il reprend les langages d’Ernest Lavisse : "autrefois notre pays s’appelait la Gaulle, et les habitants les (...)

  • L’enracinement de la France selon Macron

    6 avril, par Pierre Le Bec

    Dans un article décortiquant le discours d’extrême-droite de François Fillon au Trocadéro, je mettais en évidence les références dialectiques et didactiques du candidat du parti « Les Républicains » au niveau du corpus de l’extrême-droite.
    Emmanuel Macron a tenté tant bien que mal de supprimer les barrières historiques entre la droite et la gauche, mais sa dialectique s’est largement déplacée sur la droite dure, voir l’extrême-droite. Le progrès pour les uns et le vote des « castors » pose un sérieux (...)

  • Gérard Collomb et Emmanuel Le Pen

    22 mars, par Pierre Le Bec

    Quand Gérard Collomb confondait Emmanuel Macron et Marine Le Pen dans un étonnant lapsus-révélateur en mai 2017 sur LCI. Les castors ont voté pour un parti, dont le ministre de l’Intérieur ne connaît pas la différence entre la droite Républicaine et l’extrême-droite.
    Dans le fond, cela rejoint la crise de la social-démocratie, elle ne sait plus où elle habite. Les courants « néo-socialistes » tentent de s’enraciner dans certaines valeurs douteuses et cela s’expriment dans la manière, dont la ville de Lyon (...)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0