Les masques payant sont désormais obligatoires

Le gouvernement a décidé de rendre payant les masques lors de l’examen des différentes ordonnances. La « distanciation sociale » a pris place à la « distanciation physique ». Le contrôle du prolétariat à travers les masques de protection dans les transports publics se matérialise doucement. Le contrôle des pauvres s’accentue. Ce n’est pas les masques donnés par les mairies qui changeront la donne.

Les plus aisées, cela ne va pas leur clouer leur budget, mais pour une famille française modeste, cela correspond en moyenne une somme de 342 euros par mois selon l’association UFC Que Choisir. Au moment où les salaires baissent à cause du chômage partiel et que la masse monétaire baisse drastiquement dû à la baisse de la consommation.

La grande distribution aurait décidé de faire des réserves de masques pendant que les soignants n’avaient plus de masques afin de s’arroger un monopole afin de faire augmenter le prix des masques de près de 1 100 %. Mais cela ne semble guère choquer les néolibéraux, tant que la concurrence est gérée, cela ne leur pose aucun problème de déontologie. Qui pourra se payer ces masques à prix d’or ?

Les masques gratuits sont une des solutions pour éviter un second pic épidémique. Hélas, au vu des différentes mesures gouvernementales, nous allons droit vers une nouvelle catastrophe qui se traduirait par un second confinement au moment où la population en a vraiment ras-le-bol. Et pourtant, tous les voyants semblent de mise pour une nouvelle vague de contamination. La colère ne pourra être mise sous le tapis, elle risque de déborder au moment du déconfinement et le président de la République tout comme ses ministres l’auront bien cherché.