La « complosphère » se déchaîne contre la 5G au Royaume-Uni

, par  Pierre Le Bec , popularité : 0%
Temps de lecture estimé : 2 mn

La composphère semble se déchaîner à l’idée de la mise en route progressive de la 5G sur la base que les ondes seraient nocives pour la santé. Le problème est que votre environnement est fait d’onde : de la lumière, en passant par les téléphones portables, le WIFI, le Bluetooth, etc.

La complosphère se déchaîne contre la 5G. Le nouveau totem de toutes les rumeurs et les différents complots arrivent à son apogée. Des antennes sont brûlées au nom d’une idée que cette dernière permettrait une diffusion plus facile du SARS-CoV-2, et même une manipulation mentale. L’absurdité atteint le nouveau cheval de bataille de cette sphère adepte aux différentes théories farfelues. Pourtant, il y a une mise en danger réelle de la population puisqu’à ce jour, aucune publication scientifique sérieuse n’a été émise quant à sa nocivité. Le problème, c’est que les publications de la complosphère font déjà assez de dégâts en temps normal au niveau de la recherche scientifique ou même de la Science.

Au moment où l’épidémie du SARS-CoV-2 se répand comme une traînée de poudre, il convient de rendre parfaitement inaudibles ces événements d’un côté, mais il convient de vivement les condamner ce qui les met en avant et encourage les adeptes d’un complot mondial technologique. La 5G pour de nombreuses personnes est un accélérateur de la pandémie si ce n’est l’origine de la pandémie. L’un des biais cognitif viendrait qu’il existerait une hypothèse selon laquelle Wuhan aurait été la première ville a implanté la 5G, mais aussi le berceau de la pandémie. Les adeptes de cette théorie se basent entre autres sur le fait que la Terre possède une onde naturelle : les Résonances de Schumann.

Dès lors, la bataille technologique que mène différents pays pour acquérir la 5G trouve face à eux des personnes qui veulent nous renvoyer à un monde sans ondes artificielles. Le problème s’inscrit dans le fait que cela est parfaitement impossible. La technologie est bien présente. On constatera qu’il s’agit du même type de personnes qui se battent contre les compteurs Linky. On affirmera qu’il y a une volonté de retourner à l’âge de Pierre. Mais que faire des autres ondes ? Bonne question, la lumière est une onde, les vagues sont des ondes, le son est une onde, etc. Bref, tout est une question d’onde.

Stephen Powis, le directeur médical du National Health Service a énergiquement critiqué ces actes de vandalisme :

« La réalité est que les réseaux mobiles sont absolument critiques pour nous tous, alors que nous demandons à tous les citoyens de rester chez eux et de ne pas voir leurs parents et amis. Mais plus particulièrement, ces réseaux sont utilisés par nos services de secours et les travailleurs du système de santé, et je suis totalement furieux, totalement dégoûté de voir qu’il y a des attaques contre les infrastructures mêmes qui nous permettent de répondre à cette urgence sanitaire. »

Le seul reproche qu’on peut lui faire est d’aller plus rapidement dans un monde en accélération déjà assez rapide comme ça. La 4G suffit largement pour les besoins de la population notamment en termes de distribution d’Internet. Pour la décennie qui va suivre, Internet est devenu un produit de « première nécessité ». Il existe encore des « zones blanches », c’est-à-dire des zones où les communications ne sont pas satisfaisantes.

Brèves Toutes les brèves