Un regard croisé sur la cause animale

Le SARS-CoV-2 : un nouveau carnovirus

Depuis plus de deux semaines, chacun vit confiné chez soi ou sort avec une attestation dérogatoire pour les différents cas mentionnées dans cette dernière. La vie économique du pays semble s’être soudainement arrêtée. Pourtant, le COVID-19 laisse une certaine empreinte de nombreux virus que nous pourrions considérer comme étant des carnovirus.

Les différentes pandémies que nous avons vécues collectivement se résume comme un effroyable tableau. La majorité des virus proviennent en grande majorité de la mutation de virus du monde animal et est liée entre autres de près comme de loin à la consommation de chaire animale (le plus souvent d’animaux sauvages). On peut dire que « Professeur Pangolin » aura semé la zizanie sur l’ensemble du continent avec des conséquences sanitaires et économiques d’une grandeur que peu de personnes avaient envisagées. Mais, il convient de souligner que le principal responsable de cette maladie reste ceux qui mangent de la viande qu’elle soit d’élevage ou qu’elle soit naturelle à travers la chasse.

Pour le moment, on peut dire de façon unanime que les pandémies sont liées de près comme de loin à la consommation de chaire animale. Dès lors, si certains collectifs et associations parlent de Coronavirus, il semble nécessaire de parler de Carnovirus. L’alimentation carnée reste un danger pour l’ensemble de l’Humanité, d’autant que dans les élevages, les maladies se multiplient progressivement entraînant une hausse mécanique des différents traitements pour traiter les animaux non-humains. Prenons l’exemple des antibiotiques. Si la publicité fait en sorte que ces derniers ne soient pas automatiques, les éleveurs l’utilisent de façon systématique sur leurs animaux non-humains. Hélas, lorsqu’un être humain ingère de la « bidoche », il ingère également des antibiotiques. Le problème est que cela provoque des résistances de l’organisme vis-à-vis de certaines maladies. On a même mis en avant des BMR (Bactéries Multi-Résistantes) qui ne sont pas soignables. Si certaines BMR sont des maladies nosocomiales, d’autres sont liées à l’alimentation. Autrement dit, derrière la bidoche se cache l’une des plus graves conséquences sanitaires : des maladies que l’on ne peut pas traiter ou qui nécessitent des soins palliatifs.

La problématique réside dans le fait que les virus mutent continuellement et s’adapte par rapport à leurs besoins vitaux : se reproduire et contaminer le plus d’individus. Il y a également une forme de démonstration de la théorie de Darwin. Les virus doivent s’adapter régulièrement par rapport aux différents environnements, mais aussi par rapport aux différentes recherches scientifiques qui sont menées sur l’ensemble du globe. Il s’agit d’une bataille permanente entre les différents protagonistes. Le SARS-CoV-2 qui provoque le COVID-19 s’est finalement très bien adapté par rapport aux différents environnements. Il s’est diffusé à une vitesse importante sur l’ensemble du globe. La mondialisation est inscrite dans ce processus d’accélérer les différents échanges, mais elle accélère également la propagation des différents virus qui prennent l’avion ou le bateau. Toutefois, lorsque le président de la République affirme que nous sommes en guerre, il convient de souligner que pour les virus, ces derniers ne connaissent pas de patries, pas de frontières, etc. La guerre qu’il peut décrire est permanente.

Évidemment, il se pose une problématique constante dans le fait que les véganes et les végétariens alertent depuis des dizaines d’années sur le mode de consommation alimentaire et ses différents dangers notamment sur la santé. Beaucoup de personnes voyant dans ce signe une vision extrémiste. Pourtant, ces personnes mettaient en garde contre le risque des maladies que peuvent véhiculer les différents animaux non-humains vers l’être humain entraînant des conséquences dramatiques et très lourdes.

Il semble tout à fait logique qu’il y aura un électrochoc dans notre société avec un changement majeur dans notre alimentation puisque c’est l’alimentation à l’échelle globale et planétaire qui provoque toutes ces pandémies.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Santé  Suivre la vie du site COVID-19   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC

Un regard Croisé sur l'animalisme ©