Un regard croisé sur la cause animale

Qu’est-ce que le Zoocide ?

E3
dimanche 2 février 2020 par Pierre Le Bec

Le Zoocide est un néologisme largement utilisé faisant référence au terme Génocide. Il existe un débat sur le fait de considérer l’animal non-humain au regard de l’être humain notamment dans le fait que les nazis ont considérés les Juifs comme des Untermenschen, mais aussi en allant plus loin comme inférieurs aux animaux non-humains.

Dans de nombreux débats, il est fait état que les nazis avaient une approche importante dans le DA. Dès lors, il s’en suit de nombreux « Points Godwin » chez les partisans du spécisme. Pourtant, les nazis considéraient que les Juifs étaient inférieurs aux animaux. Dans le cadre du DA, nous rehaussons l’Animal non-humain à l’Être Humain. Cette dialectique porte toute son importance pour la notion tout de même. En effet, de nombreux spécistes n’hésitent pas à nous cataloguer de « nazis ».

La différence avec un génocide de quelques natures qu’il soit consiste à éradiquer certains individus en fonction de leur religion, de leur ethnie, de leur couleur de peau, de leurs orientations politiques, de leurs orientations sexuelles, etc.

Aujourd’hui, les génocides sont sanctionnés dans de nombreux pays notamment depuis le procès de Nuremberg qui pose les règles concernant la notion même de crime contre l’Humanité. Cela entraîne également la sanction dans de nombreux états du révisionnisme tout comme du négationnisme. Elle est légitime. Toutefois, nous assistons à un phénomène dangereux qui consiste à relativiser la Shoah sous le prétexte qu’il existerait une « Shoah des animaux ». D’une part, le terme est injurieux pour ceux qui ont été exterminés, mais aussi pour les survivants. L’ensemble de la dialectique/sémantique faisant référence à la Shoah n’a pas lieu et n’est pas le bienvenue.

Les animaux non-humains naissent de façon innocente. Ce sont comme des enfants qu’ils viennent au monde. Pourtant, leur exploitation intervient dans un mécanisme qui s’est largement globalisé et mondialisé au fil du temps. La théorie de « l’Animal-Machine » de Descartes a été remplacée par « l’Animal-Objet ». En faisant abstraction de la sentience, l’animal non-humain n’est plus devenu un être vivant, mais un objet. Ainsi, le cochon est devenu un jambon, la vache quant à elle un bifteck, etc. La désanimalisation de l’entièreté des animaux non-humains conduit à une forme de massacre perpétuel.

La question de l’industrialisation de l’abattage des différents animaux non-humains permet entre autre de souligner qu’il existe un abattage méthodique. Le Zoocide va bien plus loin que le génocide. D’ailleurs, étymologiquement, il s’agit entre autre d’un massacre des animaux. La différence contrairement au génocide, c’est qu’il est devenu perpétuel et commun. La viande s’est largement démocratisée au cours d’une XXe siècle. On peut dire également que le Zoocide est à l’origine du travail à la chaîne et du fordisme.

Certains collectifs comme « Boucherie Abolition » utilisent le préfixe « perma » pour souligner que celui-ci est permanent, mais le Zoocide est permanent de par sa définition. Il s’agit dans les faits d’une redondance sémantique.