Un regard croisé sur la cause animale

Les douze travaux d’Hercule

lundi 27 avril 2020 par Pierre Le Bec

Durant le parcours de la rédaction du livre que je rédige depuis près d’un an, j’ai l’impression d’accomplir « les douze travaux d’Hercule ». La tâche monumentale qui m’incombe dans la rédaction de mon tapuscrit suit une logique « Herculéenne » en matière d’approche de l’animalisme.

J’écris sur mon ordinateur comme l’on écrit sur une machine à écrire. Je mets les mots en ordre de bataille. J’entre dans l’analyse rigoureuse. Je commence dès lors un essai politique dont je ne verrai le bout du tunnel que près de quatre mois plus tard. Il s’agit d’un temps en somme très cours. La structure est rapidement montée avec un plan que je suivrai à la lettre.

La tache apparaît comme étant « herculéenne ». Je démarre à partir de rien. J’ai peu de connaissances puisque je viens d’un autre univers : le marxisme. Mais j’ai toujours une longueur d’avance par rapport à l’univers dont je veux faire la distinction. Le matérialisme me sert de porte d’entrée pour analyser et y porter un regard plus large. J’utiliserai différentes sciences sociales et cela me poussera à sortir des chemins battus. En effet, si je suis marxiste et que je le revendique de façon régulière, il en demeure pas moins que cette grille d’analyse poursuivra l’ensemble de la rédaction de l’essai en question. J’ai pu redécouvrir des auteurs, découvrir d’autres auteurs, lire de nombreux articles scientifiques, mais aussi m’ouvrir à travers le matérialisme didactique au matérialisme tout court.

Le travail de recherche fut très intense, j’eu l’impression de réaliser le travail d’une thèse. Pendant une certaine période, j’allais régulièrement à la Bibliothèque Universitaire afin de faire des recherches pour agrémenter l’essai ou comme le dirait une amie : mon pamphlet.

J’ai pu investir dans l’achat de nombreux livres pour me permettre d’augmenter mes capacités à argumenter et déconstruire pierre par pierre, certains ouvrages. Cela n’a vraiment pas été simple. J’ai dû me tapper une partie de la littérature spéciste auquel cas, je n’allais pas au bout puisque c’était trop rébarbatif ou sinon, je prenais des annotations pour enrichir le tapuscrit. J’ai lu pendant des centaines d’heures à ne plus dormir, j’étais vraiment obsédé pendant un moment par ce livre.

Après tout ma vie se résumait à un livre, dont je ne voyais pas le bout du tunnel, je ne le vois toujours pas. Mais lorsqu’il y a un tunnel, cela signifie qu’il y a un début : le temps de l’écriture et de la correction et une fin : le temps de la publication. J’ai décidé de faire un intermédiaire. Le temps de la phase où je rédige le tapuscrit et le temps dans la phase de correction du tapuscrit où je rédige des articles de blog afin d’améliorer la qualité du livre.

Pourquoi finalement parler des douze épreuves qui font passer Hercule d’un simple citoyen à un Héros, c’est-à-dire un demi-dieu dans la mythologie romaine ? Cette question peut tarauder le lecteur de l’article ! Je le conçois, il ne s’agit pas pour moi d’arriver à une certaine reconnaissance, mais d’arriver par rapport à mes propres connaissances et surtout du défit que je me suis posé que je considère comme herculéen c’est-à-dire par rapport de là où je viens, il s’agit d’une « mission impossible ». Or, impossible n’est pas ! Dans ce cadre, il s’avère que les progrès réalisés dans l’ouvrage peuvent se voir au fur et à mesure dans le blog. Dès lors, il s’avère que je pousse les deux rives pour laisser place aux « colonnes d’Hercule ».


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les dessous du Livre  Suivre la vie du site Les dessous de la redaction   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC

Un regard Croisé sur l'animalisme ©