Accueil > Extrême-droite et Nationalisme > Quand Eric Zemmour salie la mémoire de Maurice Audin

Quand Eric Zemmour salie la mémoire de Maurice Audin

mardi 25 septembre 2018, par Pierre Le Bec

Maurice Audain n’était pas un traitre, mais un mathématicien de conviction. Vouloir la mort une seconde fois met Eric Zemmour dans l’apologie du crime organisé et de la torture. Les militaires français ont commis des massacres importants.

Ce monsieur Audin est mort dans des conditions tragiques, évidemment. (...) On peut reconnaître qu’il a été torturé mais moi je pense qu’il méritait douze balles dans la peau.

Cédric Villani, député de La République En Marche a soutenu la reconnaissance par la France du fait que Maurice Audin a été disparu volontairement par l’État. Dans France-Inter, il énonçait que « ce militant communiste, mathématicien, estimait que le progrès politique et le progrès scientifique allaient ensemble. C’était un militant de l’Algérie indépendante. Il y a une place à son nom à Alger aujourd’hui. » Il s’agit d’une affaire qui traverse tous les courants de pensée sauf l’extrême-droite.

La responsabilité ne permet toujours pas de savoir où est passé la dépouille de Maurice Audin, dont des personnes ont la connaissance, mais ne veulent pas se mouiller à l’appareil étatique. Pourtant, cela serait une chose importante pour que sa famille puisse se recueillir en toute tranquillité.

On notera également le poids du mot : « et accessoirement », démontre qu’il ne met pas les Français et les Harkis et les musulmans sur le même piédestal. Il existe au-delà du racisme d’Eric Zemmour, une forme de hiérarchie de l’espèce humaine. On aboutie très vite à un racialisme propice aux thèses de l’extrême-droite.

C’était un traître, un type qui était contre la France, un type qui aidait le FLN à tuer des Français, et accessoirement des Harkis et des musulmans. C’était la guerre contre la France. Ce type a pris les armes contre la France.

Cette reconnaissance donne du grain à moudre pour le Front National. La présidente du parti nationaliste a tout de suite trouver une thèse pour tenter d’expliquer l’acte courageux de l’état dans le rôle de la disparition forcée. Taper sur les communistes car Maurice Audin l’était pour justifier cette disparition, tout en l’accusant de terrorisme semble être de mauvaise foi. Cela montre aussi que l’extrême-droite n’a toujours pas digéré la fin de l’Algérie Française.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0