Accueil > Europe > L’Union Européenne > Le gang #FBPE et l’Europe

Le gang #FBPE et l’Europe

lundi 13 août 2018, par Pierre Le Bec

Ils sont de plus en plus nombreux à aborder le "Htag" #FBPE sur Twitter. Son abréviation signifie "Follow Back Pro-Eu" c’est-à-dire "Suivez le mouvement Pro-UE". Cette stratégie tend à inclure que les "pro-européens" sont stricto sensu des néolibéraux.

Sans débat de fond, cette tentation fédéraliste désintègre les fondements de solidarité de l’Union Européenne. L’Europe fédéral nécessite d’avantage de moyens pour garantir la réussite de cette dernière, ainsi que de nombreux investissements pour les économies divergentes. Cela pousse progressivement à la désintégration profonde et lente de l’Europe sur fond de "fondamentalisme du marché". Il s’agit entre autres du "serpent qui se mort la queue". Ce n’est pas avec des #HTAG que l’on répare les dégâts collatéraux créés par la monnaie unique et les avis ringards de la Commission Européenne sur tous les sujets concernant les réformes structurelles.

Ironiquement, le créateur néerlandais, Hendrick Klaassens, du hashtag a déclaré "Le #FBPE n’a AUCUNE affinité avec aucun parti politique, ni au Royaume-Uni, ni dans un autre pays du continent européen. Il vise à unir tous ceux qui soutiennent l’UE et luttent contre les partis et les idées populistes et d’extrême droite dans toute l’UE" c’est-à-dire que les populistes et l’extrême-droite au pouvoir ne peuvent se réclamer du #HTAG.

Une bien mauvaise nouvelle pour les gueux ! Les macronistes et macroniens mettent sans cesse le #HTAG "#FBPE" sur leur profil. Pourtant, une contradiction alors qu’ils sont populistes et n’hésitent pas à fricoter avec l’extrême-droite comme l’a montré le vote sur le projet de loi "Asile et Immigration". Ils se réclament d’une vision "pro-européenne", mais ne cessent de converger avec le Front National, un parti europhobe et xénophobe.

Le #FBPE en France peut se traduire par "Farce Bourgeoise Patriotarde Européiste", ils n’ont va vraiment grand chose à voir avec leurs homologues britanniques. Les négociations du Brexit y vont bon train où le "Hard Brexit" risque de remporter dans une économie en ruine. Pour de nombreux Britanniques, il y a un certain traumatisme, beaucoup ne pensaient pas que la consultation donnerait le résultat du "Leave".

Il s’agit de créer une nouvelle forme communautariste de ceux qui arborent l’Union Européenne comme un projet "grandiose". Mais nous assistons aussi à une forme primaire s’inscrivant dans le totalitarisme et le repli identitaire. En effet, il existe de nombreux eurosceptique sur le projet de l’Union Européenne tel qu’il est défini, mais fondamentalement pro-européen. Or, les alternatives au projet présenté par l’Union Européenne se succèdent. Comme dirait le slogan : "There Are Thousands Alternatives" (TATA).

On constate qu’il s’agit d’un mouvement refusant toute remise en cause structurelle de l’Union Européenne sous prétexte qu’il n’y a pas d’alternative à la misère, à la paupérisation et la privatisation des profits. La technocratie européenne actuelle ne permet pas l’épanouissement de l’individu, bien au contraire.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0