Accueil > Médical et Paramédical > Le travail et le sous-effectif

Le travail et le sous-effectif

lundi 14 août 2017, par Pierre Le Bec

Être un aide-soignant dans EHPAD correspond à avoir un travail physique avec de nombreuses situations pénibles. Emmanuel Macron a déclaré que le travail n’était pas pénible, même les situations que le dos éprouve et cause des accidents de travail et des arrêts maladie dans certains cas. Le sous-effectif structurel ajouté à de nombreux facteurs crée un sous-effectif où le travail se réalise en flux tendu.

Nul ne peut comprendre que nous allons vers une catastrophe sanitaire. Le sous-effectif se traduit par un secteur faisant de nombreuses heures supplémentaires pour pallier au sous-effectif chronique. Il n’est pas rare de voir un soignant faire 20 à 30h00 en plus de son emploi du temps, tout en étant en sous-effectif. Alors que dans de nombreux secteurs, les heures supplémentaires détruisent des emplois, ce n’est pas le cas dans le paramédical, puisque les heures supplémentaires pallient en autre une demande très importante que les vacations n’arrivent pas à absorber. Il s’agit d’une situation particulière du marché du travail où l’offre de travail est supérieure à sa demande, mais cette offre supérieur à la demande n’augmente pas structurellement les salaires.

Mais, il faut rajouter que Myriam El-Khomri avait méthodiquement baissé le paiement des heures supplémentaires de 25% à 10% pour les quatre première heures, et à 20% les heures suivantes au lieu de 50% lorsqu’il n’y avait pas d’accords de branche ou d’entreprises qui fixait la majoration des heures supplémentaires.

On peut dire concrètement que cette mesure a largement fait baisser les salaires du paramédical où il n’existe pas de définition des heures supplémentaires puisqu’il s’agit d’un secteur en pénurie chronique de main d’œuvre.

Les effets de la Loi El-Khomri
Nombre d’heures Salaire et majoration des heures Avant Loi El-Khomri (en heures) Salaire et majoration des heures après la Loi El-Khomri (en heures) Variation en heures rémunérées Variation base SMIC (en Euros)
4 heures 5 h 4,4 h 0,6 h 4,548
10 heures 14 h 11,6 h 3,4 h 18,192
20 heures 29 h 23,6 h 5,4 h 40,932

Ainsi, pour être payé 29 heures avec les majorations de salaire, le travailleur doit travailler 4,5 heures supplémentaires. Autant dire qu’il faut travailler plus pour avoir un salaire équivalent, comme pour les aide-soignants le salaire se situe au-dessus du SMIC, la perte de salaire apparaît comme plus importante. Nicolas Sarkozy disait dans son temps « travailler plus pour gagner plus ». Nous sommes passés à la phrase du « travailler plus pour gagner moins ».

Nous n’avons que notre force de travail pour pouvoir assurer nos revenus. Nous produisons non pas des objets, mais des soins qui se matérialisent par le changement de la matière par notre action. En question, lorsque nous faisons une aide à la toilette, la personne passe du statut non-propre à propre par notre action technique et notre savoir-faire. Nous sommes des ouvriers du paramédical, et en conséquence nous travaillons dans de nouvelles usines qui n’ont rien à voir celle du XIXème siècle.

La plupart des personnes âgées est placée en maison de retraite sont placée contre leur volonté, puisque la maison et les différentes aides n’y sont plus adaptées. Ces personnes âgées méritent le respect que nous devons leur donner.

Le sous-effectif est créé également par l’ARS. Cette dernière fixe le nombre de soignants par maison de retraite. Autant que l’état crée son propre tombeau pour fatiguer le travailleur.

Une crise profonde se crée dans le secteur paramédical loin du silence des médias et du mépris des libéraux.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0